A SUIVRE Le Voyage à l'envers

A SUIVRE     Le  Voyage à l'envers

CHAPITRE 61 Batraciens en tout genre

CHAPITRE 61 Batraciens en tout genre

Confortablement installée sur les genoux de son grand père, dans la pénombre bien fraîche de l’église,Luisa suit du doigt les personnages finement sculptés des saynètes de bois que vient de terminer Don Esteban.

- Et là, qui est-ce ? demande -t- il en désignant trois personnages enturbannés.

- Les Rois Mages, répond aussitôt la petite fille

- Qui s’appelaient ?

La petite fronce le nez, lève un regard interrogateur vers son grand père, mais hélas, aucune aide à attendre de ce côté là. Elle soupire, réfléchit un instant puis son visage s’éclaire :

- Gaspard, Melchior et Bazar !

- Balthazar, corrige Don Esteban en souriant. Gaspard, Melchior et Balthazar

A ce moment précis, un toussotement discret leur fait lever la tête : trois femmes vêtues de noir, la mine revêche, les observent sévèrement.

- Vous désirez ?

- Nous voudrions vous parler, padre.

- Je vous écoute.

La plus âgée secoue la tête.

- Seules à seul, déclare-t- elle d’un ton pincé

Don Esteban leur lance un regard intrigué puis se penche sur sa petite fille

- Tu devrais aller voir Clara,   Luisa. Elle a sûrement besoin d’aide.

- Tu crois ?

- Imagine qu’elle prépare un gâteau. Qui pourrait bien lécher les cuillères ?

Peu convaincue, la petite accepte de quitter les genoux accueillants, salue poliment les nouvelles arrivantes et déclare avant de partir :

- Si tu as besoin de moi, grand père, tu sais où me trouver.

Une fois la petite partie, Don Esteban se lève et s’approche des visiteuses.

- Que puis-je pour vous, mes filles ?

Une fois de plus, c’est la plus âgée qui prend la parole.

- A vrai, dire, padre, nous n’avons pas vraiment besoin de vos services. Nous voulions seulement vous informer de nos intentions.

- Vos intentions ?

- Padre, nous n’avons pas toujours été d’accord.

Un temps. Malgré lui, Don Esteban ne peut s’empêcher de songer aux innombrables tracas que ces trois paroissiennes un peu trop zélées et surtout très médisantes lui ont causés. Il s’efforce néanmoins de prendre son air le plus aimable.

- Ce sont des choses qui arrivent, déclare-t- il prudemment.

- Nous n’avons pas toujours été d’accord, reprend la femme mais au moins nous pensions que nous pouvions compter sur votre vertu.

- Ma vertu ? répète Don Esteban  interloqué

- Oui, votre vertu. Nous pensions qu’au contraire de trop nombreux prêtres, vous meniez une vie irréprochable.

Don Esteban commence à perdre patience et demande d’un ton nettement moins aimable.

- Et qu'est-ce qui vous fait croire que ma vie n’est pas irréprochable ?

Les trois femmes échangent un regard indigné.

- Comment voulez- vous que nous ayons confiance en un prêtre pourvu d’un fils, voire de petits enfants ? C’est une offense à Dieu !

Don Esteban secoue la tête.

- Désolé de vous décevoir, mes filles, mais j’ai d’abord été marié avant d’être prêtre. J’étais menuisier et, que je sache, les menuisiers ne font pas vœu de chasteté.

Les lèvres minces se pincent encore plus.

- Qu'est-ce qui nous le prouve ?

- Pardon ?

-  Qu'est-ce qui nous prouve que votre fils n’est pas un enfant illégitime, un enfant né après vos vœux, un scandale vivant ?

Don Esteban respire à fond, ferme un instant les yeux, serre les poings et réplique d’une voix sourde :

- Mesdames, jusqu'ici, personne n’a jamais mis ma parole en doute et ce n’est pas vous qui commencerez. Si vous avez besoin de preuve, je ne peux ni ne veux vous en fournir. Je n’ai pas de comptes à vous rendre.

La femme a un haut-le-corps.

- Nous en référerons à monseigneur l’archevêque !

- Vous ne lui apprendrez rien. Je suis déjà allé le voir et lui ai expliqué la situation.

- Et il vous a cru ? Je le croyais moins naïf !

- Monseigneur sera charmé d’apprendre votre opinion à son égard. Mais surtout il n’a garde, comme moi, de méconnaître un miracle de Dieu et de négliger de Lui rendre grâces.

- Fort bien. Nous irons donc entendre la messe dans une autre église.

- Excellente idée ! Et si jamais le prêtre fait un sermon sur les pharisiens et les hypocrites, n’en perdez pas une miette, il vous est sûrement destiné !

- Oh !

- « Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugés » a dit le Seigneur. Maintenant, vous permettez mais j’ai autre chose à faire qu’à écouter vos jérémiades. Je ne vous retiens pas.

Blêmes, les trois femmes lui jettent un regard venimeux et quittent précipitamment l’église d’un pas qu’elles croient majestueux. C’est alors que retentit une voix flûtée :

- Dis donc, qu'est-ce que tu leur as mis, grand père.

 Don Esteban sursaute et se tourne vers Luisa dont la frimousse vient d’apparaître à la porte de la sacristie.

- Qu'est-ce que tu fais là, toi ? Tu ne devrais pas être avec Clara ?

La petite fait la moue.

- C’était une bonne idée mais avec la tête qu’elles faisaient, ces pimbêches, je me suis dit que ce serait plus rigolo ici !

- Plus rigolo... Je ne suis pas sur de trouver ça drôle...

- Tu parles ! Bêtes à ce point, ça ne devrait pas être permis ! Dis donc grand père, pourquoi la bêtise et la méchanceté ne sont pas des pêchés mortels ?

- Sans doute parce qu’ils sont à la base de tous les autres, ma chérie


17/03/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres